"Une crise moins dure si nous avions été dans l'euro"