"La France est devenue notre deuxième investisseur"