"Pas une crise de l'euro mais de l'endettement"