Twitter du Cercle

Marseille capitale européenne de la Culture 2013

Version pour imprimerPDF version

3 janvier 2013

Marseille-Provence a été choisie pour devenir avec Kosiçe capitale européenne de la Culture en 2013. Depuis 2004 et Lille-Métropole, la France accueille cet évènement international.


Logo officiel de Marseille Provence 2013

Logo officiel de Marseille Provence 2013, capitale européenne de la Culture



L'Europe renoue avec son berceau qu'est la méditerranée avec Massilia, plus connue sous son nom français de Marseille. Mais derrière cette belle fête, la cité phocéenne a un lourd défi à relever. Marseille n’est pas associée en France au monde de la culture, contrairement à Lille par exemple (capitale européenne en 2004). Elle est plutôt synonyme de ville rebelle.

Le titre de Capitale Européenne de la Culture, créé en 1985 par l’Union Européenne, vise au rapprochement des peuples européens et à l’affirmation du rôle central des villes dans les domaines artistiques et culturels. Depuis Athènes, en 1985, une trentaine de villes ont obtenu ce titre convoité, dont quatre villes françaises : Paris en 1989, Avignon en 2000, Lille en 2004. En 2013, c'est Marseille et Kosice (Slovaquie) qui ont été désignées. Tout au long de l'année, elles déploieront un programme d’évènements culturels exceptionnels, d'expositions, de spectacles, d'ateliers, de fêtes populaires.

Marseille, née de la Méditerranée, est tout à la fois marine et terrienne. D’Aix-en-Provence à Marseille, d’Arles à La Ciotat, se déploie une immense aire réunissant plus de cent communes. Marseille-Provence 2013 a puisé l’esprit de sa programmation dans cette vitalité culturelle et sociale unique. Un fil rouge traverse toute la programmation, qui se construit à la manière d’un récit composé de trois épisodes. Le thème du récit, c’est la Méditerranée, le dialogue des deux rives, «le partage des midis». On le retrouve dans les "Ateliers de l’EuroMéditerranée", dans les grandes expositions qui scandent l’année, dans le programme des festivals, dans les commandes artistiques, dans les projets littéraires, musicaux, cinématographiques, théâtraux et, enfin, dans les ateliers de participation citoyenne.

Mais "Qu'est-ce que la Méditerranée ?" disait Fernand Braudel dans son important livre portant le nom de la Mare Nostra: "Mille choses à la fois, non pas un paysage, mais d’innombrables paysages, non pas une mer, mais une succession de mers, non pas une civilisation, mais des civilisations entassées les unes sur les autres. Voyager en Méditerranée, c’est trouver le monde romain au Liban, la préhistoire en Sardaigne, les villes grecques en Sicile, la présence arabe en Espagne, l’Islam turc en Yougoslavie. C'est plonger au plus profond des siècles, jusqu'aux constructions mégalithiques de Malte ou jusqu'aux pyramides d'Egypte. C'est rencontrer de très vieilles choses, encore vivantes, qui côtoient l'ultra-moderne: à côté de Venise, faussement immobile, la lourde agglomération industrielle de Mestre; à côté de la barque du pêcheur, qui est encore celle d'Ulysse, le chalutier dévastateur des fonds marins ou les énormes pétrolières. C’est tout à la fois, s’immerger dans l’archaïsme des mondes insulaires et s’étonner devant l’extrême jeunesse de très vieilles villes ouvertes à tous les vents de la culture et des profits qui depuis des siècles, surveillent et mangent la mer." (La Méditerranée, Fernand Braudel, éd. Arts et métiers graphiques, 1977, p. 8)

Une très bonne occasion donc de découvrir la ville et la Méditerranée, véritable berceau de l'Europe.

 

En savoir plus

www.troisfourmis.com