Twitter du Cercle

S.E.M. László Trócsányi, Ambassadeur de Hongrie: "Le rôle d'ambassadeur a changé"

Version pour imprimerPDF version

15 mai 2012

L'Ambassadeur de Hongrie en France, S.E.M. László Trócsányi, a répondu aux questions du Cercle des Européens sur différents sujets: la crise de l'Europe, la nouvelle constitution, le Service Européen d'Action Extérieure...


Juriste de formation, S.E. László Trócsányi, 54 ans, a commencé sa carrière comme documentaliste dans la Bibliothèque de Parlement avant de se concentrer sur la recherche et l'enseignement. Chercheur à l'Institut des Sciences Juridiques de l'Académie des Sciences et professeur à l'Université de Szeged, il publie des études sur l'intégration européenne et sur les systèmes politiques des pays francophones. Fondateur d'un grand cabinet d'avocats en 1991 puis ambassadeur de Hongrie en Belgique de 2000 à 2004, il est élu au Conseil constititionnel en 2007. Il est Ambassadeur de la Hongrie en France depuis fin 2010.


La crise dans la zone Euro

Cercle des Européens: Que pense la Hongrie de ce nouveau traité ?

S.E.M. László Trócsányi: Nous estimons qu'avoir un nouveau traité est important et utile. Le plus gros problème actuel est l'endettement des Etats, et pas seulement de la Hongrie. Pour sortir de cette crise, il est indispensable de prendre quelques mesures, pour l'Europe et au niveau national aussi. La Hongrie n'est pas encore membre de la zone euro mais nous sommes obligés d'introduire des restrictions budgétaires pour diminuer le déficit et l'endettement du pays. Pour nous, s'il y a un problème national alors il y aura un problème au niveau européen aussi.

 

Cercle des Européens: Comment est vécue la crise de la zone euro dans votre pays ?

S.E.M. László Trócsányi: Depuis le changement de régime depuis 20 ans, différentes périodes ont eu lieu. Si je me souviens bien, entre 2000 et 2002, la Hongrie était le meilleur élève des pays-candidats. Tout le monde faisait de nous un exemple. Malheureusement, entre 2002 et 2010, l'Etat est profondément endetté et le déficit budgétaire était monté à environ 9,8% en 2008. Mon gouvernement travaille depuis 18 mois à combler ce déficit. Quand il est arrivé, il était encore à 6,% et maintenant à presque 3%. Il y a une diminuation nette. Sur l'endettement, le gouvernement a pris des mesures pour le faire passer de 80 à 72%. Lentement mais sûrement, nous allons dans la bonne direction. Je sais que ce n'est pas possible de tout faire en un an. Les autres pays sont dans la même situation: Espagne, Italie, Grèce et même la France doivent prendre toutes les mesures nécessaires.

 

La constitution polémique

Cercle des Européens: La nouvelle constitution en Hongrie suscite la polémique...

S.E.M. László Trócsányi: Jamais une discussion européenne n'avait eu lieu sur une constitution nationale comme celle-ci. En Hongrie, nous avons adopté une loi fondamentale qui vient remplacer la constitution de 1949 à l'époque soviétique. Nous étions le seul pays à ne pas en avoir changé au moment de la chute du régime. En 2011, le gouvernement a décidé que les valeurs jusqu'ici définies par la Cour constitutionnelle devaient être dans la constitution: nous passons ainsi d'une constitution invisible à une constitution visible. Ces valeurs n'ont pas changé. Par exemple le mariage entre deux différents sexes, c'était déjà ainsi avant. Nous avons mis l'accent sur certains sujets (les racines chrétiennes, la famille, le mariage...). Je pense qu'autour de la constitution, il s'agit en réalité d'un débat idéologique sur les valeurs. Je peux imaginer que cela suscite de l'opposition chez ceux qui sont contre ces valeurs.

 

Cercle des Européens: Y a-t-il une montée du nationalisme en Hongrie ?

S.E.M. László Trócsányi: L'Europe et l'intégration européenne signifient pour nous la paix ce qui est le plus important. Depuis 60 ans, nous n'avons plus de guerre entre nous en Europe. Elle représente aussi la liberté avec la libre ciculation des personnes, des capitaux et des marchandises. L'intégration européenne se développe pas à pas. Chez nous, l'intégration reste une chose très importante. Je ne crois pas qu'il y aura une montée de l'euroscepticisme plus forte qu'ailleurs. La Hongrie n'est pas nationaliste. L'exprême-droite existe partout en Europe, en Hongrie aussi par conséquent. Si le représentant du Jobbik brûle un drapeau, cela n'est pas la preuve que tous les Hongrois sont nationalistes.

 

Cercle des Européens: L'Europe représente-t-elle une protection pour les citoyens d'origine hongroise dans les pays voisins ?

S.E.M. László Trócsányi: Au XIXe siècle, les questions de droits de minorités ont produit deux guerres mondiales. Aujourd'hui, les conflits sont plus artificiels que naturels. Je pense qu'avec l'intégration européenne, la situation s'améliore beaucoup. Il n'y a plus de garde-frontières entre la Hongrie et ses pays voisins qui sont dans Schengen. Cet esprit de liberté est très important dans l'histoire de l'Europe centrale, où nous avons un mélange de population du fait des traités. Aujourd'hui c'est un soulagement car les peuples peuvent cohabiter ensemble. Bien sûr, il y a encore des citoyens "nationaux" mais le dialogue existe. La situation est bien plus ouverte qu'il y a 70 ans.

 

Le travail d'ambassadeur

Cercle des Européens: En quoi consiste votre travail d'Ambassadeur à Paris ?

L'Ambassadeur de HongrieS.E.M. László Trócsányi: C'est un métier très différent de celui du XIXe siècle où les Ambassadeurs aristocrates diffusaient des messages confidentiels du type "la guerre commence demain". Aujourd'hui, un Ambassadeur participe à toutes les activités. Par exemple la diplomatie culturelle joue un rôle très important, notamment à Paris et pour la Hongrie. Il y a aussi la diplomatie civile avec les jumelages entre les universités ou municipalités. C'est assez complexe et très variable. Le matin, cela peut être une rencontre politique qui enchaîne sur un déjeuner économique et le soir une réception culturelle. L'Ambassadeur a un devoir d'être présent dans tous les domaines: politiques, économiques, culturels et civils.

Quels sont les pays qui peuvent déterminer les décisions dans les grandes questions du monde en Europe ? France, Allemagne, Royaume-Uni, Italie et Russie. Être ambassadeur à Paris ou à Berlin, c'est un poste privilégié.

 

Cercle des Européens: Que pensez-vous du Service Européen d'Action Extérieure ?

S.E.M. László Trócsányi: L'existence de cette institution est très importante. Il faut lui laisser du temps. L'évaluation n'est pas possible aujourd'hui même si des résultats existent déjà du fait de l'action de Mme Ashton. Si on regarde la Commission, elle a déjà une histoire de plusieurs dizaines d'années. Pareil pour le Parlement européen, pas ce service.

 

Cercle des Européens: La diplomatie européenne peut-elle remplacer les diplomaties nationales un jour ?

S.E.M. László Trócsányi: Pas encore. Pour moi, nous ne sommes pas les Etats-Unis d'Europe avec un Etat fédéral. Les Etats nationaux jouent un rôle très important dans la dynamique européenne. Ce n'est pas possible de faire la comparaison avec les USA. C'est pour cela que je ne crois pas que nous aurons une ambassade européenne à la place de toutes les ambassades nationales dans un pays extérieur à l'Europe. Cela arrivera peut-être un jour mais pour l'instant, c'est un rêve.

 

www.troisfourmis.com