Twitter du Cercle

S.E.M. Hugo Hans Siblesz, Ambassadeur des Pays-Bas: "L'Europe n'est plus aujourd'hui le projet d'une élite mais des peuples"

Version pour imprimerPDF version

23 avril 2012

L'Ambassadeur des Pays-Bas en France, S.E.M. Hugo Hans Siblesz, a répondu aux questions du Cercle des Européens sur différents sujets: la crise de l'Europe, Schengen, les rapports franco-néerlandais, le rapport à l'Euro dans la population, le Service Européens d'Action Extérieure...


Hugo Hans Siblesz est né le 29 mars 1948 à La Haye. Après avoir suivi une formation de droit à l'université de Amsterdam, il a commencé sa carrière au Service diplomatique au ministère des Affaires étrangères de 1973 à 1990. Il retrouvera ce ministère après un passage à Paris au début des années 90 et à Bruxelles où il occupa la fonction de Conseiller Affaires politiques à la Représentation Permanente des Pays-Bas auprès de l’OTAN.

Il devient en 2006 Ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire de Sa Majesté la Reine des Pays-Bas en France, à Monaco et en Andorre.


Actualité européenne

Cercle des Européens: Que pensent les Pays-Bas du nouveau traité ?

S.E.M. Hugo Hans Siblesz: Pour nous, trois axes doivent être poursuivis en parallèle. Tout d'abord, la discipline budgétaire car nous faisons face à une crise d'endettement et il faut revenir à l'équilibre budgétaire. Deuxièmement, chaque pays doit faire des efforts individuels en la matière, y compris les Pays-Bas. Troisièmement, le filet de sauvetage financier et son fameux fonds de stabilité financière.

A notre avis, l'Europe est beaucoup mieux équipée qu'il y a 24 mois au début de la crise. On a eu cet accord sur cette discipline budgétaire renforcée. La ratification est en cours et l'entrée en vigeur doit se faire en juillet. Il y a également eu des mesures prises déjà il y a un bon moment: le six pack du Commissaire européen Olli Rehn, le pacte euro +, le semestre européen... des mesures assez nécessaires et fortes.

 

Cercle des Européens: Comment est ressentie la crise par la population néerlandaise ?

S.E.M. Hugo Hans Siblesz: C'est toujours difficile... ce n'est pas une promenade du dimanche mais une crise. Pour les Pays-Bas qui connaissent une tradition d'ouverture à l'internationale, notre prospérité dépend des solutions que nous trouverons. C'est grâce à notre commerce extérieur, notamment en Europe, que nous gagnons notre vie. En plus de la discipline budgétaire, il faut créer de la croissance. Sans elle, il n'y a pas de sortie durable de la crise, d'où la "lettre des douze" gouvernements sur les pistes pour promouvoir la croissance. Cela passera notamment par le perfectionnement du fonctionnement du marché intérieur par le biais de la directive sur les services, la directive "Bolkestein".

 

Cercle des Européens: Votre pays est l'un des plus engagés sur la question de la discipline budgétaire...

S.E.M. Hugo Hans Siblesz: Nous considérons que tout commence avec des finances publiques saines: réduire les déficits publics, économiser et réduire les dépenses. C'est clair que ce n'est pas possible sans toucher au pouvoir d'achats de la population. Tout le monde dans notre pays sent les conséquences de la crise. En même temps, pour créer de la croissance, nous devons prendre des mesures nécessaires pour assurer la prospérité des générations qui nous suivront.

Cercle des Européens: Sur l'adhésion de la Bulgarie et de la Roumanie à Schengen, votre pays freine beaucoup...

S.E.M. Hugo Hans Siblesz: L'Europe est une communauté de valeurs à respecter. Cela s'applique à la Bulgarie ou à la Roumanie... mais aussi à notre pays ou à la France, Etats "pères fondateurs" ou pas. Le renforcement de l'état de droit au sein de l'Union a son importance. D'où notre préférence pour un mécanisme de contrôles et de vérifications s'appliquant à tout le monde.

 

L'Europe aux Pays-Bas

Cercle des Européens: Comment est perçu l'euro avec la crise aux Pays-Bas ?

S.E.M. Hugo Hans Siblesz: C'est une évidence que le soutien à l'euro a bien souffert aux Pays-Bas du fait de la crise. En même temps, le marché unique a été bénéfique et l'est toujours pour notre économie. Nos entreprises le reconnaissent. C'est pour ça que notre gouvernement a continué à soutenir la stabilité de la zone euro. Des grands progrès ont été faits ces deux dernières années en la matière.

 

Cercle des Européens: Comment se porte l'idée européenne aux Pays-Bas ?

S.E.M. Hugo Hans Siblesz: Politiquement, historiquement, géographiquement, économiquement, les Pays-Bas font partie de l'Europe. C'est primordial pour notre prospérité, notre liberté, notre sécurité. La crise de la dette a intensifié les discussions sur l'idée européenne. Les raisons de cette discussion n'étaient peut-être pas très bonnes, mais le fait qu'il y ait un débat est positif. Chacun y apporte sa contribution. C'est mieux que la situation précédente où l'Europe était le projet d'une élite économique et politique. Maintenant, c'est le projet des peuples. Oui, il faut écouter tout le monde et envoyer le message que l'Europe est là pour nous, qu'elle protège. C'est important pour les citoyens en France comme aux Pays-Bas.

 

Le travail d'Ambassadeur

Cercle des Européens: Quelles sont vos missions en tant qu'Ambassadeur des Pays-Bas ?

S.E.M. Hugo Han SibleszS.E.M. Hugo Hans Siblesz: Ma mission est l'approfondissement des relations bilatérales et européennes de mon pays avec la France dans tous les domaines: économiques, politiques et culturels. Au niveau bilatéral, nous sommes des partenaires importants: la France est le troisième marché pour notre commerce extérieur et le quatrième investisseur chez nous. Il y a beaucoup de coopérations entre nos entreprises comme pour Air France-KLM.

Nous avons également des défis communs: l'immigration, l'asile, la lutte contre les drogues,la réforme du marché l'emploi... Nous avons avançons en tant que partenaires sur des dossiers européens comme la compétitivité, la santé de la zone euro, etc. Je ne parle même pas de la politique étrangère où nous agissons ensemble sur la Syrie, l'Iran, les relations avec les Etats-Unis...

 

Cercle des Européens: Avec l'Europe, y a-t-il encore des traités bilatéraux avec la France ?

S.E.M. Hugo Hans Siblesz: La plupart de nos relations se fait aujourd'hui au niveau européen. Cependant, et c'est peu connu dans nos pays respectifs, la France et les Pays-Bas ont une frontière en commun aux Caraïbes avec l'île Saint-Martin. Récemment, nous avons donc signé un accord à ce sujet pour la coopération policière.

 

Le Service Européen d'Action Extérieure

Cercle des Européens: Que pensez-vous de la mise en place du Service Européen d'Action Extérieure ?

S.E.M. Hugo Hans Siblesz: C'est intéressant de constater que ce service a été créé pour faire en sorte que l'Europe ait une action extérieure cohérente. D'un point de vue institutionnel, cette expérimentation intéressante mélange communautaire et intergouvernemental. En effets, ce service a trois composantes: des fonctionnaires de la Commission, du secrétariat du Conseil et nationaux.

Cette institution correspond assez bien à cette vocation de l'Union qui est de parler d'une seule voix. Comme cette construction est nouvelle, il y a encore des problèmes. Pour les régler, il est d'autant plus important que ce service entretienne des relations étroites avec les Etats membres.

 

En savoir plus

www.troisfourmis.com