Club Ministers of Europe - CME

Twitter du Cercle

S.E.M. Gunnar Lund, Ambassadeur de Suède: "La dérive intergouvernementale de l'Europe nous pose problème"

Version pour imprimerPDF version

20 avril 2012

L'ambassadeur de Suède en France, S.E.M. Gunnar Lund, a répondu aux questions du Cercle des Européens sur différents sujets: la crise de l'Europe, Twitter et les réseaux sociaux, le rapport à l'Euro dans la population, le Service Européens d'Action Extérieure...


Ambassadeur en France depuis novembre 2007, Gunnar Lund était précédemment en poste aux Etats-Unis. De 1999 à 2002, il a été Ambassadeur à la Représentation permanente de la Suède auprès de l’Union européenne. Durant sa carrière, Gunnar Lund a alterné entre fonctions diplomatiques et fonctions politiques. Il a en effet été membre du gouvernement suédois à trois reprises, en tant que Ministre chargé des affaires économiques internationales et des marchés financiers (2002-2004), Secrétaire d’État aux affaires européennes (1994-1999) et Secrétaire d’État au Ministère des finances (1988-1991). Avant d’occuper ses premières responsabilités politiques Gunnar Lund a été fonctionnaire au sein des Ministères suédois des finances et des affaires étrangères. En tant que Secrétaire d’Etat aux affaires européennes, il avait été au cœur de la première présidence suédoise du Conseil de l’UE (2001) et a également participé en tant que négociateur en chef pour la Suède aux conférences intergouvernementales chargées de négocier les traités d’Amsterdam et de Nice.


La crise de la zone euro

Cercle des Européens: Quelle est la position suédoise sur le nouveau traité ?

S.E.M. Gunnar Lund: La Suède est très favorable à une discipline beaucoup plus serrée dans le domaine des politiques budgétaires, ce qui est le but de ce pacte. On se sent peut-être un peu moins impliqué car nous ne faisons pas partie de la zone euro. D'un autre côté, nous restons assez solidaire. Nous sommes tous dans l'Union européenne, dans la même économie dont nous dépendons tous. La Suède s'engage ainsi dans le pacte budgétaire et dans les contributions financières pour aider plusieurs pays comme l'Irlande ou la Lettonie. Nous sommes plutôt prêts à jouer le jeu européen.

 

Cercle des Européens: Quel bilan tirez-vous de la crise actuelle de l'Europe ?

S.E.M. Gunnar Lund: On est entrain de découvrir que l'Europe est très importante. C'est au niveau européen qu'il faut trouver les réponses adéquates à cette crise. C'est par plus d'Europe que par moins d'Europe qu'on s'en sortira. Ces nouveaux moyens ou mécanismes vont renforcer la construction européenne, c'est ma conviction.

 

Cercle des Européens: Comment se porte l'idée européenne en Suède ?

S.E.M. Gunnar Lund: C'est vrai que les Suédois étaient plutôt sceptiques juste après notre adhésion assez tardive il y a quinze ans. Au début, ils restaient un peu réticents mais l'opinion publique a évolué. De nos jours, les partis politiques et les Suédois en général sont essentiellement favorables au travail de l'Union européenne.

Pour l'Euro, c'est autre chose. Nous avions organisé en 2003 un référendum où les Suédois ont dit "non merci" à la monnaie unique et nous avons conservé notre monnaie nationale, la courronne suédoise. Après, on commençait à avoir une attitude plus positive mais depuis l'éclatement de cette crise, ce soutien a chuté de façon drastique. Je pense que 80% des Suédois aujourd'hui préfèrent rester en dehors de la zone euro.

 

Cercle des Européens: Le couple franco-allemand est très présent dans cette crise... l'est-il trop ?

S.E.M. Gunnar Lund: Pour résoudre cette crise, il faut renforcer notre coopération et les institutions européennes. L'Union européenne est marquée par une absence de tentation d'hégémonie, cela veut dire qu'il faut renforcer les institutions communes: la Commission européenne, le Parlement européen... Dans ce domaine, nous nous inquiétons un peu. Il y a une dérive vers l'intergouvernemental. Cela pose un problème pour un pays de petite ou de moyenne taille car dans une coopération intergouvernementale, les gros et les puissants dominent. Justement, les insittutions communes veillent sur l'intérêt général européen et accordent une protection très importante à tous les pays. En France, on parle trop souvent de manière contradictoire avec un "fédéralisme intergouvernemental". Cette formulation me paraît presque absurde.

 

Le travail d'Ambassadeur à Paris

Cercle des Européens: En quoi consiste votre travail d'Ambassadeur à Paris ?

S.E.M. Gunnar LundS.E.M. Gunnar Lund: C'est un travail consacré de plus en plus aux affaires européennes. C'est à Bruxelles que les négociations se font mais cela affecte inévitablement le travail des ambassades dans tout le continent. Une partie centrale de mon travail est donc de rester en contact avec les décideurs français pour essayer de les influencer et d'expliquer les positions de la Suède dans l'Union européenne.

 

Cercle des Européens: Avez-vous aussi un rôle vis-à-vis des entreprises suédoises en France ?

S.E.M. Gunnar Lund: Après le travail traditionnel diplomatique, j'accompagne les entreprises suédoises et veille sur nos intérêts économiques et commerciaux en France qui sont consiérables. Il y a une présence des entreprises suédoises très importante. La France est notre septième marché d'exportations. Il s'agit aussi de promouvoir, de faire élargir le marché pour nos entreprises. Avec mon collègue français à Stockholm, nous essayons au maximum de susciter l'intérêt des deux côtés.

Nous avons également une agence spécifique dédiée à la promotion des exploitations suédoises partout dans le monde, donc aussi ici à Paris. Nous travaillons avec cette agence systématiquement dans l'ensemble de la France.

 

Twitter

Cercle des Européens: Vous utilisez personnnellement Twitter avec le compte @AmbassadeurSE... Est-ce risqué quand on est Ambassadeur ?

S.E.M. Gunnar Lund: Je suis sur twitter depuis quelques mois, c'est intéressant. Cela fait partie d'une politique réfléchie d'une diplomatie publique. Nous voulons être présents sur ces réseaux sociaux nouveaux: Twitter, Facebook, les blogs... Cela nous permet de communiquer directement avec les Français. Bien sûr sur Twitter, je ne peux pas dire n'importe quoi mais il y a plein de choses que je peux twitter comme des renseignements sur mon propre pays pour susciter l'intérêt les Français.

 

Cercle des Européens: Sur quoi twittez-vous ?

S.E.M. Gunnar Lund: Un évènement au centre culturel ou ailleurs qui pourrait attirer les Français ? Là c'est évident, je vais le twitter. Mais je twitte aussi sur des évènements en Syrie ou autres. J'exprime alors les positions suédoises de manière personnelle. En tant qu'Ambassadeur de Suède, c'est assez normal. Je ne suis qu'un "début" car je pense qu'il y aura bientôt pas mal ambassadeurs qui feront la même chose. C'est très utile et pas nécessairement plus difficile que de parler dans une conférence ou une interview...

 

Cercle des Européens: Avez-vous trouvé des spécificités à Twitter en France par rapport à la Suède ?

S.E.M. Gunnar Lund: En France, les journalistes écrivent des articles ou des chroniques en restant très objectifs... mais en parallèle ils produisent des tweets où ils expriment sans inhibition leur position. Je trouve ça un peu étonnant et intéressant. Je ne le fais pas moi, je ne vais pas commenter la politique intérieure de la France. Cela me mettrait dans une position impossible.

 

Cercle des Européens: Twitter en France est bien ancré aujourd'hui. Est-ce le cas aussi en Suède ?

S.E.M. Gunnar Lund: Maintenant, beaucoup. Dans tous ces domaines là, nous sommes assez en avance. Notre ministre des Affaires étrangères, Carl Bildt, a un blog et un compte twitter. C'est un fou des réseaux sociaux ! Il nous encourage, les diplomates, à nous en servir aussi.

 

Cercle des Européens: Après plusieurs mois d'utilisation de Twitter, qu'en pensez-vous ?

S.E.M. Gunnar Lund: En général, c'est moins dificile que je ne le pensais. Cette hésitation naturelle pour un ambassadeur à communiquer par ce moyen est exagéréé. Ce n'est pas difficile, la plupart du temps, de se dire que c'est "ok" de faire un tweet. J'essaye de temps en temps de faire quelque chose de plus personnel, sur un film ou un livre que j'aime bien, mon jogging dans le parc... Pourquoi pas ! Le but est de montrer la vie quotidienne d'un ambassadeur à Paris.

Ce que je trouve intéressant, c'est le défi du point de vue de la langue. Souvent je suis obligé de vérifier que les accents sont les bons, etc. Mais je ne fais pas vérifier mes tweets par les experts de l'Ambassade. Ce n'est qu'après qu'ils me disent si mon Français est incorrect... mais je dois vivre avec !

 

Le Service Européen d'Action Extérieure

Cercle des Européens: Quel bilan tirez-vous de la mise en place du Service Européens d'Action Extérieure de Mme Ashton ?

S.E.M. Gunnar Lund: C'est plus lent que prévu. C'est logique puisque plusieurs pays ont leur propre tradition diplomatique très forte. On voit depuis des années que c'est le domaine le plus difficile pour se mettre d'accord sur une ligne unie et avec une seule voix. Inévitablement, c'est un processus très long, mais nous l'avons entamé et nous allons dans la bonne direction. Si on surmonte cette crise en utilisant le plus possible les insittutions européenns, cela va donner une impulsion à ce service et rendre son travail plus facile.

 

En savoir plus

  • le site de l'Ambassade de Suède
  • le compte officiel de l'Ambassade de Suède sur Twitter: @AmbassadeurSE
www.troisfourmis.com