Twitter du Cercle

Sommet européen: "c'est la thèse allemande qui a prévalu pour le FESF"

Version pour imprimerPDF version

27 octobre 2011

Le dernier sommet européen du 26 octobre 2011 consacré à la crise de la dette a eu deux volets : la recapitalisation des banques et le renforcement du Fonds Européen de Stabilisation Financière (FESF). Pour la présidente du Cercle des Européens, Noëlle Lenoir, c'est la thèse allemande qui a gagné sur ce dernier aspect.



Par ailleurs, elle souligne le fait que "au moins cette fois-ci, le sommet a été conclusif", ce qui n'avait pas été le cas du précédent sommet de dimanche dernier. Elle estime que la recapitalisation des banques va permettre de redonner confiance grâce à "un équilibre qui a su être trouvé". Elle remarque que c'est "la thèse allemande qui l'a emporté sur le FESF qui ne deviendra pas un établissement de crédit contrairement à la volonté française". Mais "ce fonds n'est pas suffisant puisqu'on fait appel à la Chine. Ceci est très inquiétant pour l'indépendance économique et politique de l'Europe".

Pour autant, c'est peut-être au niveau de l'adoption par le Parlement européen du texte connu sous le nom de "Six Pack" qu'il faut chercher la grande réforme européenne de gouvernance de ces derniers mois.

www.troisfourmis.com