Club Ministers of Europe - CME

Twitter du Cercle

Protection des données : le match Europe vs Etats-Unis

Version pour imprimerPDF version

18 mai 2016

Bien avant que le mot « Ubérisation » ne fasse son entrée dans le vocabulaire courant, la dématérialisation des moyens de paiement avait déjà passablement bouleversé les pratiques du monde de la finance, de l’industrie et du commerce. Paiements à distance par Internet ou sur mobile reliés à une carte bancaire, paiement par Paypal liant portefeuille électronique et compte bancaire, et maintenant paiement sans contact par carte ou sur mobile : la croissance du e-commerce comme du commerce de proximité s’appuie de plus en plus sur l’électronique, devenue le sésame de la consommation de masse.



La création du GIE des cartes bancaires dans les années 1980 y a sans doute contribué. Il n’en reste pas moins que la France est relativement bien placée au sein de la sphère de la finance numérique. Elle occupe la 6e place dans le monde derrière, le Royaume-Uni à la 3e place et l’Allemagne à la 5e. Le gouvernement a lancé en octobre 2015 une « stratégie nationale des moyens de paiement » afin de renforcer encore la compétitivité de la filière des paiements par l’innovation. Car là est l’enjeu : les moyens de paiement électronique ne sont pas seulement une facilité pour le consommateur et, donc, un élément incontournable pour les secteurs de la finance et du commerce. Ils sont surtout porteurs d’innovations qui représentent un capital potentiel d’influence considérable. Point n’est besoin d’être grand clerc pour comprendre que celui qui est en mesure de définir les standards des moyens de paiement et le business model auxquels ils renvoient a le pouvoir de peser sur toutes les transactions financières et, partant, sur l’ensemble de l’économie des échanges....

 

L'ensemble de l'article est disponible en français et en anglais ci-dessous.

www.troisfourmis.com