Club Ministers of Europe - CME

Twitter du Cercle

Pour sauver l’Europe, voter Emmanuel Macron

Version pour imprimerPDF version

04 mai 2017

Pour sauver l’Europe, 15 anciens ministres des Affaires étrangères et européennes de plusieurs pays européens appellent les Français à voter pour Emmanuel Macron.



Pour sauver l’Europe, voter Emmanuel Macron

L’élection présidentielle du dimanche 7 mai 2017 est bien sûr l’affaire des Français. Mais elle concerne l’ensemble de Européens. La France, pays fondateur de l’Union européenne, en est l’un des moteurs.
Aussi le choix du Président de la République est d’importance capitale. Ce choix pour nous est clair.
L’un des deux candidats en lice se présente comme le partenaire des autres Etats membres. L’autre candidat annonce son projet de fermer les frontières de la France pour la séparer du reste de l’Europe.
L’un exprime son amour pour sa patrie et la conviction que le patriotisme n’est pas l’ennemi de la coopération avec les autres Etats européens, mais son complément naturel. L’autre est farouchement nationaliste et isolationniste avec des accents xénophobes.
L’un voit la monnaie unique comme un avantage pour la France. L’autre entend revenir à la concurrence entre les monnaies européennes, ce dont rêve les spéculateurs et ce qui conduirait à la destruction de l’épargne des Français. Confrontée aux sondages, ce candidat a opéré un tournant politicien disant vouloir tout et son contraire, et reportant l’échéance de la sortie de la France de l’euro… mais personne n’est dupe.
L’un insiste sur la nécessité de réformer l’Europe, de lui donner un nouvel élan, de se préoccuper davantage d’en faire un espace social, de privilégier une Europe créatrice d’emplois, qui encourage et aide les entrepreneurs, contribue à la modernisation de la fiscalité et des lois du travail pour que la France atteigne le niveau des économies les plus efficientes. L’autre proclame un conservatisme des temps anciens qui rivalise avec un nationalisme dont la conséquence sera de faire fuir de la France les investisseurs étrangers et qui mettra la France en marge des modèles économiques performants à travers le monde.
L’un reconnaît la responsabilité de la France dans le sort qui a été réservé aux juifs lors de la Seconde Guerre mondiale. L’autre, non content de nier ce fait historique, s’est hâté de nommer à la tête du Front National un successeur qui a dû immédiatement démissionner face aux accusations de révisionnisme.
L’un a des liens étroits avec les leaders et la population de la plupart des partenaires européens de la France et leur tend la main de l’amitié et de la coopération. L’autre est celui du « Frexit » et paraît empressé de faire alliance avec les forces sombres du réseau des propagandistes anti-Européens.
L’un ne craint pas d’engager son leadership pour le redressement de l’Europe. L’autre pense que les barrières protectionnistes et le nationalisme sont la solution pour la France.
L’un est un fin connaisseur de la culture française ouvert à la diversité culturelle européenne qu’il conçoit comme un enrichissement pour son pays. L’autre croit que la proclamation d’une suprématie française va lui attirer les voix qui lui manquent.
C’est parce-que la candidate du Front National n’incarne pas la France éternelle et met en péril l’Europe que Nous, anciens ministres des Affaires étrangères et des Affaires européennes, demandons solennellement aux Français de voter pour Emmanuel Macron, de refuser un nationalisme qui veut ériger un mur entre la France et le reste du monde et de faire ainsi le pari de la grandeur de la France et de l’Europe, de la France de notre cœur dans une Europe forte et solidaire !

Hans-Martin Bury (Allemagne) ; Benita Ferrero-Waldner (Autriche) ; Peter Friedrich (Allemagne) ; Mircea Geoana (Roumanie) ; Günter Gloser (Allemagne) ; Elisabeth Guigou (France) ; Claudie Haigneré (France) ; Alain Lamassoure (France) ; Noëlle Lenoir (France) ; Gunnar Lund (Suède) ; Denis MacShane (Royaume-Uni) ; Ramon de Miguel (Espagne) ; Antonio Monteiro-Martins (Portugal) ; Dick Roche (Irlande) ; Vicenzo Scotti (Italie).

www.troisfourmis.com