Club Ministers of Europe - CME

Twitter du Cercle

"La Recherche a vocation à être européenne voir au-delà"

Version pour imprimerPDF version

10 mai 2012

Bruno Revellin-Falcoz est à la tête de l'Académie des Technologies. Il nous explique en quoi la dimension européenne est importante dans les travaux menés par l'Académie.



Cercle des Européens: Qu'est-ce que l'Académie des Technoogies ?

Bruno Revellin-FalcozBruno Revellin-Falcoz: L'Académie des Technologies est la plus jeune des Académies de France. Notre pays contrairement à d'autres pays européens n'avait pas ce type d'Académie. Elle a été créée il y a dix ans à partir du CADAS (comité d'application de l'Académie des Sciences). Avec une particularité très forte: ses 270 membres viennent de tous les horizons. On y trouve des chercheurs, des chefs d'entreprises, des médecins, des pharmaciens, des philosophes du risques, des agronomes, des ingénieurs, des urbanistes, des juristes et des économistes. Les sujets que nous traitons le seront non seulement sous l'angle technique et technologique mais également sous l'angle social, environnemental et économique. Nous nous sommes choisis une devise illustrant bien notre mission: "pour un progrès raisonné, choisi et partagé".

Les missions données à l'Académie des Technologies, devenu un établissement public rattaché au Ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche, sont d'être un intermédiaire entre le monde de la Recherche et du Développment d'une part, l'opinion publique et les décideurs publiques d'autres part.

 

Cercle des Européens: Les travaux de votre Académie ont-ils une dimension européenne ?

Bruno Revellin-Falcoz: Les travaux menés par notre Académie ne sont à l'évidence pas des travaux à caractère national, mais internationial et tout d'abord européen. Notre tâche est facilitée car il existe une association de droit français qui s'appelle "Eurocase" regroupant les Académies de Technologie et d'Ingénérie de 21 pays européens, ce qui représente 6.000 membres. Nous avons la chance d'abriter ici à Paris le secrétariat général. Le secrétaire général d'Eurocase est un membre de notre Académie.

La recherche d'aujourd'hui et de demain déborde largement le cadre de l'hexagone. A part quelques particulités dans le domaine de la défense sur des sujets plus confidentiels, cette recherche a vocation à être européenne voir même au-delà. Raison pour laquelle notre présence et notre animation dans Eurocase nous aide beaucoup. Certains de nos sujets sont traités sur le plan européen comme l'innovation ou le devenir des énergies.

 

Cercle des Européens: L'Académie des Technologies organise les 12-13 novembre 2012 une grande conférence sur l'énergie, un thème très européen...

Bruno Revellin-Falcoz: Dans le cadre des travaux d'Euro Case, nous avons décidé, après l'année 2011 consacrée au thème de l'eau, de travailler en 2012 sur la question de l'indépendance énergétique de l'Europe. Ce thème touche 21 pays européens aux politiques énergétiques très différentes, comme entre la France où l'électricité est principalement nucléaire et l'Allemagne où existe un moratoire sur cette question.

Ce thème va donner lieu à des comparaisons dont nous espérons qu'il sortira des idées sur un meilleur équilibre de l'utilisation de l'énergie en Europe. Entre l'hydrolique, l'éolien, le solaire et le nucléaire, les politiques énergétiques sont aujourd'hui différentes sur notre continent. Or nous avons tout à gagner à mettre en commun ces différentes sources dont l'Europe dispose sur son territoire.

 

logo de l'Académie des TechnologiesEn savoir plus

www.troisfourmis.com