Twitter du Cercle

L’Europe « fascinante » de Noëlle Lenoir

Version pour imprimerPDF version

25 mars 2017

C’est le moment d’apprendre à décrypter l’Europe. Aujourd’hui, 25 mars, elle fête les 60 ans du traité de Rome, et c’est la date choisie par l’association Terre de Montaigne pour inviter Noëlle Lenoir, ancienne ministre des Affaires européennes, à en parler, au cours d’une conférence intitulée « Europe mon beau souci ou pourquoi l’avenir de l’Union européenne dépend du résultat des Présidentielles en France ».



Elle qui se dit fascinée par l’émergence de l’idée d’une Europe évoquera cette incroyable entreprise qui a conduit « une concertation pour s’organiser entre états tout en gardant, chacun, sa souveraineté ».

« Il faut garder à l’esprit que l’Europe est un formidable lieu de liberté et de démocratie comme il n’en existe pas ailleurs au monde », dit-elle, soulignant la difficulté à poursuivre la construction de cette entité unique alors que les partis fondateurs ont disparus, que les raisons de son existence ont évolué et que les paramètres fluctuent en permanence.

Noëlle Lenoir est sévère quant aux erreurs : « On a été d’une insouciance incroyable dans le domaine du numérique. Pas un équipement n’est produit en Europe », « il faut revoir beaucoup de choses, notamment en matière d’aide d’État », « on a été beaucoup trop rigide sur la concurrence »...

Selon elle, à l’Assemblée nationale ou au Sénat, « il n’y a pourtant qu’une petite minorité d’hommes
et de femmes qui comprennent vraiment ce qu’est l’Europe ».

Is. de Montvert-Chaussy / Sud Ouest

www.troisfourmis.com