Club Ministers of Europe - CME

Twitter du Cercle

Conseil Européen du 19 et 20 octobre

Version pour imprimerPDF version

16 octobre 2017

Les 19 et 20 octobre se tiendra à Bruxelles le prochain Conseil réunissant les instances dirigeantes de l’Union européenne, à savoir les 28 dirigeants des Etats-membres, le président du Conseil et celui de la Commission.



L’ordre du jour du Conseil porte sur les points suivants :

1. Migrations

  • Point sur les mesures prises en vue de contrôler les flux migratoires illégaux
  • Eventuelles mesures à prendre pour renforcer le soutien apporté aux Etats-membres en première ligne de défense face aux flux migratoires, le renforcement de la coopération avec la HCR, l’OIM et les pays d’origine ou de transit.
  • Progrès réalisés sur la réforme du régime d’asile européen commun

2. Europe numérique

  • Conclusions du Sommet européen du Numérique de Tallin du 29 septembre dernier. Les principaux points abordés ont porté sur l’administration numérique de demain, le rôle de l’UE qui doit être celui de chef de file sur la cybersécurité, le renforcement des compétences liées au numérique, et le développement des infrastructures.
  • Point sur la mise en œuvre du marché unique du numérique

3. Défense

4. Relations extérieures

5. Négociations sur le Brexit

  • Discussions à 27 (la Grande-Bretagne sera invitée à quitter la table du Conseil) sur le dernier round de négociations qui s’est tenu du 9 au 12 octobre 2017 à Bruxelles. Après une première session inaugurale qui visait à s’accorder sur le rythme des rencontres et les sujets à traiter en priorité (droits de citoyens expatriés, paiement des financements engagés, …), ce deuxième round devrait donc constituer une véritable « entrée en matière ». Pour rappel l’objectif est de boucler la négociation d’ici 15 mois (mars 2019)

Calendrier du Brexit : http://www.ceuropeens.org/article/quel-calendrier-pour-le-brexit

En marge du Conseil européen le Président français, Emmanuel Macron, devrait en profiter pour reconnaitre officiellement le drapeau et l’hymne européen. La France rejoindrait ainsi 16 autres Etats-membres, en conséquence la présence de ces symboles européens ne devrait plus pouvoir être remise en cause dans les bâtiments nationaux tels l’hémicycle de l’Assemblée Nationale.

Par Florent Gourlay

www.troisfourmis.com